Cinnamon & Cumbava

10 juin 2013

La Loire en canoë

Publié par Loran dans


Afficher Descente de la Loire 2013 sur une carte plus grande

 

Le filmOld Town Discovery

 

Journal de Bord

Jour 1 :

Départ :  10h30 – Brive-Charensac
Arrivée : 18h30 – Environ La Voûte-sur-Loire
Distance : 15 km (réel : 7 km)

Grosse première journée, nous sommes plongé directement dans le bain avec le tout premier « baquage » sur le tout premier rapide. En tout, sur la journée, 2 baquages complets…
Nico se fait emporter par le courant avec 2 bidons, et se retrouve dans un bras avec un chablis en travers de la rivière. Plus de peur que de mal.
Temps mitigé, trois rayons de soleil pour 5h de pluie et de mauvais temps.
Bon repas du soir avec des Pâtes Carbo au menu.

Divers : Le petit bidon bleu qui renfermait les portables et appareils photo n’est pas étanche (merci Décathlon), mon Lumix est HS, le Iphone de Nico est foutu, dès le premier jour, pourtant il garde espoir (lol).
1ère Digue, 1er portage de 200 m.
Le moral n’est pas au top, la journée à été dure, remise en question sur le planning… On verra…

PS : Dernier rapide avant le campement effectué en « cordelé », on est trop fatigué pour risquer un autre bain.

 

Jour 2 :

Départ : 11h00 ☹ – Avant La Voûte-sur-Loire
Arrivée : 18h00 – Saint-Vincent (avant Vorey)
Distance : ?? km (réel : 12 km)

Matin brumeux, on traine un peu, il fait froid, rien n’est sec, on essaie de se motiver. Le soleil arrive à 10h pour le reste de la journée. Cette fois on a compris, on s’arrête avant chaque rapide pour « lire » la rivière – Résultat 0 baquage !!
On passe devant plusieurs châteaux, dont un vieux qui à l’air abandonné construit directement sur la roche, à fleur d’eau. Magnifique.
Passage d’une usine électrique en cordelé, les vagues énormes créées par la retenue d’eau nous dissuadent de naviguer dessus. Nous sommes obligé de passer rive gauche en effectuant un « bac », on rate nos 2 premières entrées et passons de justesse dans la troisième… Cela nous prend 1h15 pour passer 300 m.
Arrêt midi au bord d’un petit jardin, le proprio nous annonce que nous sommes à la Voûte… Arf, déception.

Des rapides sympas le reste de l’aprem, avec de la visibilité, on ne s’arrête qu’une seule fois pour lecture.
Passage d’une autre digue : Facile
Spot de camping exceptionnel, chouette journée. Demain, levé 7h00, on envoie du steak !

PS : La phrase du jour (M. le proprio) : « 10 jours !!! Mais vous serez largement à Saint-Nazaire en 10 jours ! » Il faut savoir que nous ne dépasserons jamais Nevers.

 

Jour 3 :

Départ :    9h30 – Saint-Vincent
Arrivée : 18h30 – Chazelles
Distance : 28 km (réel : 36 km)

Très belle journée bien longue.
Passage de 2 digues, à Retournac et à Beauzac.
A Retournac je la passe en mode glissade (me foule le poignet m’en rendra compte que le lendemain).
Nico lui glisse au bas de la digue et se retrouve à l’eau.
A Beauzac, la digue est tellement abrupte qu’on coule le canoë en le laissant aller. Nous écopons à la pagaie et au bidon bleu.
Des rapides sympas tout le long de la journée, des bons moments d’adrénaline ! (On sait ce que ça veut dire).
Gros soleil, on prend cher sur les bras et dans le cou.
Campement dans la brousse/ Tente dans la pente.
Repas, MEGA Chili con carne.

 

Jour 4 :

Départ :    9h45 – Chazelles
Arrivée : 17h45 – Aurec-sur-Loire
Distance : 25 km

Journée avec des rapides intenses. 10h30, premier baquage ; 11h00, deuxième baquage en règle dans une eau qui pue le lisier et entourés de bloc de mousses jaunâtres. On galère un peu à se remettre en route, on a des bidons éparpillés un peu partout, coincés dans les rochers, l’accès est difficile.
Arrêt midi pas loin de Monistrol. Il fait très beau, du coup on encaisse un peu mieux les baquages psychologiquement parlant. (On manquera de se renverser 2 autres fois pendant la journée).
Il n’y plus de rapide en arrivant sur Aurec, le vent se lève, et une pluie torrentiel s’abat sur nous et nous force à nous arrêter aux abord de la ville pour la nuit (J’en profite pour aller à la pharmacie pour son poignet).
Campement pourri, il pleuvra presque toute la soirée.
Demain il faut qu’on fasse 20 km avant d’avoir notre transfert pour passer le barrage de Grangent. On se lève tôt !

 

Jour 5 :

Départ : 8h50 – Aurec-sur-Loire
Arrivée : 17h45 – Craintilleux
Distance : 35 km

Rendez-vous à 12h à Saint-Victor, on traverse 15 km de plat avant de rencontrer Yannick. Il fait gris mais pas froid. On met 2h30 (nous entrons dans le département de la Loire).
Après le barrage, gros débit, 40 m3.s-1.
Le type de rapide à changé, ils sont plus long, plus large et très espacé. On peine à s’arrêter à chaque fois pour les anticiper.
Pont 1933, il y a un seul passage possible avec pour accueil une bonne grosse vague. Si on rate notre entrée on est mal ! ça passe !… On explose de joie !
Nous continuons jusqu’à trouver un campement qui se situe au bord de « La loire à vélo ». On se régale avec un Couscous merguez brochette sur le feu et bien sûr, la Petite tablette de chocolat quotidienne.

PS : Les paysages on changés également, il y a des grandes forêts de feuillus et beaucoup de pâturages. Petit coup de baisse de moral après le « portage motorisé », c’est l’effet retour à la civilisation.

 

Jour 6 :

Départ :   9h30 – Craintilleux
Arrivée : 18h15 – Vers Saint-Georges de Baraille
Distance : 25 km

Ravitaillement en eau en passant par un village ; Puis arrivé à Feur pour la pause midi avant le passage d’un « infran » (obstacle infranchissable). Obligé de se frayer un passage rive gauche à travers les ronces et les orties, pour un portage de 300 m. Nous mettons finalement 40 min pour une estimation d’une heure au moins.
La rivière est tranquille, les rapides sont faciles. Tout le monde nous demande si on est des pêcheurs… heu, on à des gueules de pêcheurs là tu trouves ?
Campement sur un champ miné, de bouses de vaches…
On se prépare des bonnes Cuisses de poulet à griller, manque de bol (ou d’organisation ?) il est complètement faisandé et finira dans le buisson… On se rabat sur des Toasts au gruyère (fondu sur le feu, s’il vous plait).
Mon poignet est toujours bien douloureux, et les courbatures de plus en plus intenses.
Objectif de demain, arriver au barrage de Villerest pour une avance d’un jour sur notre planning. On verra.
Objectif numéro 2 : départ 9h00 :D

 

Jour 7 :

Départ :    8h36 – Vers Saint-Georges de Baraille
Arrivée : 15h00 – Villerest
Distance : 25 km

Du plat, du plat et encore du plat… Pas de réveil surprise, les vaches étaient bien gardées. Du coup on se fait p’tit déj’ Banique/Vache qui rit. Nico en raffole et veux en faire chez lui (mouai.. on en reparlera!). Grosse journée sous le soleil. Beaucoup de péchailloux partout !
Arrivé à 15h sur la plage de Villerest, on appelle « Sport évasion » qui ne peut pas nous prendre avant demain matin… Du coup on profite de la plage, petite bière de retour à la civilisation. Mise au point avec Yvan pour le retour.
Demain, départ 9h00 en remorque.

PS : La phrase du jour (M. le pêchaillou râleur en nous voyant passer) : « Attention ! y’a des pêcheurs ! » Réponse : « Où ça ? Où ça ? »

 

Jour 8 :

Départ : 9h16 – Villerest
Arrivée : 18h37 – Avrilly
Distance : 45 km !!!

Premier coup de pagaie à 8h35 pour passer Villerest. Deuxième coup de pagaie à 9h15. Parcours sans intérêt avec beaucoup de plat. Initiation au « Canot-à-Voile » pendant près de 3h, gros fou rire ! On se demande si c’est pas un peu grâce à ça que l’on a fait autant de km ?
Beaucoup de cigogne sur le chemin. Nous passons par le canal adjacent à la Loire pour passer la centrale hydro de Roanne. Portage obligatoire tout de même de 400 m.
On trouve enfin un « Rapala » alors que l’on a donné notre bobine de fil à un pêcheur handicapé… On l’a baptisé Bobby (le rapala, pas le pêcheur).
Les Escalopes de dinde étaient pourries…du coup, Pâtes bolo
On manque d’eau potable pour les derniers jours (on est à 37L consommé pour 8 jours).

 

Jour 9 :

Départ :    9h30 – Avrilly
Arrivée : 17h30 – Saint-Agnan
Distance : 32 km !!!

Parcours inintéressant, des grandes lignes droites bordées en alternance par des champs et des forêts. Du coup on se prête à un petit calcul : en 10 jours nous aurons environ donné 63 000 coups de pagaies.
Journée très très chaude. Ravitaillement en eau à la fontaine de Digoin. On n’en a pas pris assez…
Nico trouve qu’elle sent les égouts et du coup limite sa consommation d’eau. Il en chie grave sur le parcours et nous fait une mini insolation.
Le soir, Magret de canard sur son lit de petits légumes de saisons et en dessert Fondue au chocolat caramélisée.

PS : On est HS, mon poignet me défonce, heureusement demain c’est le dernier jour !

 

Jour 10 :

Départ :   9h00 – Saint-Agnan
Arrivée : 16h30 – Ganay-sur-Loire
Distance : 55 km !!!

Toujours autant de plat, Nico à repris du poil de la bête. Passage du barrage du « Cul de Brezenne » avec une double vague, on rempli le canoë à ras-bord, mais sans se renverser ! Meilleur moment de la journée !
Le temps est tellement long que nous inventons des histoires et des chansons… Gros pétage de plomb en mode délire.
C’est le dernier jour, on se prévoit une petite journée puisque la navigation n’est pas très palpitante. Nous voulions donc arriver à Meynand avec pour indice le passage d’une ile que nous n’avons jamais vu. Nous nous sommes finalement retrouvé à Ganay sur indication d’un pêcheur (que nous n’avons pas cru)… Ce sera finalement la journée la plus longue en terme de distance que nous aurons fait de tout le séjour…

C’est après 300 km de descente à la force des bras (et un peu du vent) que nous aurons réussi notre challenge. Mais il va sans dire que nous n’aurions jamais pus réussir ce voyage sans la présence et l’appui de nos fidèles compagnons. Nous voudrions remercier ici par ordre d’apparition :
Notre bonne étoile « Petit patapon » le Héron cendré,
« Pierre le rapace » et « Jano le lapin »,
« Léo le veau »,
et enfin, « Bobby » notre poisson favori, à qui nous avons rendu sa liberté (après un baquage inopiné…),
Arrivé en fanfare avec la pluie et les moustiques. Je trouve une statue en pierre que j’offre à Nico en guise de trophée « Descente de la Loire 2013 » (que nous oublierons dans la navette retour…). Petite virée à Ganay pour chercher de l’eau que nous trouverons finalement dans la voiture de notre « Stoppeuse ». Et enfin petite pression au rade du coin en compagnie de mamie Jeannine.

2 Réponses à “La Loire en canoë”

  1. Clem dit :

    C’est pas rassurant le debut de la vidéo mais super clip les amis!

    (Vous etes mignonnes avec vos collants sous vos maillots!)

  2. denais dit :

    Magnifique! Sacré organisation. Et à la voile, ça marche bien?

Laisser un commentaire

Lafamillehuetdanslouestamer... |
Brunoadventures |
Tourismegite |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sitestouristiquesinde
| Saharadesert
| Maylistoboston